Accueil A la une Baromètre digital de l’industrie pharmaceutique

Baromètre digital de l’industrie pharmaceutique

par Rémy Teston

Inférences et Comfluence publient leur baromètre (4ème trimestre 2020) mesurant la présence sur les réseaux sociaux des laboratoires et entreprises du médicament. Découverte des résultats.

Comfluence et Inférences collaborent régulièrement sur des enjeux de communication et d’influence relevant du secteur de la santé. Ils publient donc un baromètre pour analyser l’image et la notoriété des laboratoires pharmaceutiques sur les réseaux sociaux.

L’objectif de ce baromètre est de

  • cerner la perception et la réputation des laboratoires que l’actualité a mis au centre des préoccupations des Français, mais dont l’impact sociétal et sanitaire est durable et capital ;
  • décrypter les évolutions positives de certains acteurs et comprendre les stratégies gagnantes ;

Sur la méthodologie, ce baromètre ne suit pas l’ensemble des mentions des noms de laboratoires, mais l’ensemble des mentions se référant au secteur d’activité (expressions comme « industrie de santé », « entreprise du médicament », « pharma », « biotech », « laboratoires pharmaceutiques », etc.). Il s’agit donc d’une analyse sociétale d’image, de thématisation et de réputation du monde des entreprises de santé et des biotechs quand elles sont citées comme acteurs.

Un point important : les parts de voix des laboratoires ne sont pas leurs parts de voix sur les médias et réseaux sociaux dans l’absolu, mais leurs mentions dans le choix de veille sur le secteur pris comme un ensemble cohérent.

Covid et vaccin au coeur des conversations

Ce baromètre analyse les tendances fortes observées dans l’industrie pharmaceutique sur l’utilisation des réseaux sociaux, fortement impactée par la crise sanitaire.

Avec un volume de 63 000 conversations, le quatrième trimestre atteint presque le record du 2ème trimestre (66 000). La thématique du vaccin préempte 46% de ces conversations et celles connexes se situant juste derrière : 15,5 % pour l’innovation et R&D et 5,5 % pour les biotechs. Avec seulement 4,2 %, les études cliniques constituent la 4ème thématique.

L’étude propose une cartographie sémantique qui éclaire sur les laboratoires et les sujets associés à la thématique dominante du vaccin. Toujours sur le thème du vaccin, l’étude a pu mettre en évidence les représentations qu’il véhicule, en particulier le fait que les différences sources en ligne n’ont pas le même traitement dominant du sujet. Les approches plus négatives des réseaux sociaux sont une réalité ici objectivée.

Au 4e trimestre comme aux précédents de l’année 2020, la twittosphère reste largement dominée par la question de la #covid19. La structure des 100 premiers hashtags évolue d’un trimestre à l’autre. Le #vaccin prend désormais une plus forte importance, en 2e place des hashtags (aussi #vaccins en 32e place, #vaccination en 33e place). Il est associé à certains laboratoires qui montent haut dans les mentions de ce dernier trimestre 2020 (#pfizer en 4e place, #moderna en 10e place).

On observe une omniprésence des « maladies infectieuses et parasitaires » (comprenant la COVID), représentant 80 % des conversations. En comparaison, au 4ème trimestre 2019, cette classe n’occupait que 8,4 % des conversations, la première était à l’époque les tumeurs (cancer), avec 34 %.

Conséquence : des évènements comme « Octobre rose » ou « Le téléthon », ou certaines maladies habituellement au cœur des conversations, ne parviennent plus à percer et passent sous les radars, occultés par l’actualité “Covid”.

Les laboratoires qui gagnent en part de voix sont ceux dont l’actualité est directement liée aux enjeux sanitaires posés par la COVID, et plus encore ceux dont le nom est associé à la sortie du vaccin. C’est pourquoi, on retrouve en haut du podium Pfizer, présent dans 28,6 % des conversations, Moderna dans 15,2 % ; BioNTech 11,8 % et AstraZeneca 11,7 %… Le laboratoire français SANOFI en tête au 2ème et 3ème trimestre tombe logiquement à 7,1 % faute d’actualité sur le sujet.

Les 10 plus fortes baisses et hausses de part de voix du 4e trimestre

Sources : Comfluence, Inférences

Vous pouvez également aimer

Aller au contenu principal