Home A la une Un éclairage sur le futur de la santé avec les Chroniques de l’Après

Un éclairage sur le futur de la santé avec les Chroniques de l’Après

by Rémy Teston

Cette crise sanitaire que nous traversons bouleverse le monde dans lequel nous vivons. Pour appréhender ces changements et le monde à venir, la société Madis Phileo lance les “Chroniques de l’Après”. Découverte.

Les “Chroniques de l’Après” éclairent les effets de la période bouleversante que nous traversons. Avec humilité et humanité, elles nous invitent à réfléchir, en tirer les enseignements, ouvrir de nouvelles voies.

40 acteurs et observateurs de la santé partagent, à travers ces chroniques, leurs convictions et éclairent sur la nécessaire redéfinition de certaines missions et pratiques des industries et du monde la santé.

10 thématiques sont abordées via ces chroniques :

  • Indépendance sanitaire
  • Réputation d’un secteur
  • (Re)découverte des humanités
  • Collaborations pour innover
  • Numérique “friendly”
  • Changer les compétences
  • Agilité, simplicité
  • Pensée unique
  • Parole des élites
  • Nouvelle Europe

Par cet espace de libre expression offert à des acteurs du système de santé très variés, Madis Phileo souhaite contribuer à la nécessaire redéfinition de certaines missions et pratiques des industries et du monde de la Santé : “Prenons date pour ne pas oublier. Pour que ce qui ne doit plus être comme avant, change réellement. #PlusCommeAvant

Plusieurs chroniques ont été diffusées depuis le 12 mai dernier :

  • Nicolas Bouzou (économiste) : N’ayons pas peur de dépenser beaucoup pour la santé
  • Alexandre Lemoalle (co-fondateur et Managing Partner de Finpact) : Changer de logiciel pour changer d’image
  • Nicolas Cartier (cadre dirigeant au sein d’une entreprise du diagnostic) : Pour en finir avec la dictature des indicateurs
  • Frédéric Jallat (Professeur et Directeur scientifique du Mastère en management pharmaceutique et des biotechnologies, ESCP Business School) : Résilience, humilité, partenariat : les cartes d’un après partiellement rebattues ?
  • Catherine Chabaud (navigatrice et député européenne) : Pour réfléchir à l’après, il faut prendre le large !
  • Laure Lechertier (Head of Market Access, Corporate and Public Affairs, Social Responsibility – UPSA) : Changer de regard sur le secteur pharmaceutique
  • Dr Alain Giacomino (médecin généraliste) : Les malades non-Covid ont-ils été relégués ?
  • Alain Olympie (directeur de l’afa Crohn RCH France) : Les Associations ont une voix : on peut compter sur elles, mais il faut compter avec elles
  • Vincent Olivier (dirige la société de conseil Recto Verso) : Com de crise ou crise de com : le spectacle et la médiatisation
  • Isabelle Cambreleng (Directrice opérations, marketing et communication MesDocteurs) : La télémédecine : du simple au multiple !

Les chroniques sont accessibles sur la plateforme de Madis Phileo et relayées sur LinkedIn et Twitter.

Découvrez ma contribution aux chroniques de l’Après

Je suis ravi d’avoir contribué à ce projet permettant d’apporter un éclairage sur les bouleversements provoqués par cette crise sanitaire et les changements que cela provoquent.

Retrouvez ma chronique publiée le 25 mai :

L’épidémie de Covid-19 et la crise sanitaire qui en résulte ont inévitablement bouleversé l’activité de l’industrie pharmaceutique et interrompu les modèles d’interaction avec les professionnels de santé. Cette crise joue un véritable rôle de catalyseur dans la transformation digitale de cette industrie.

Face à la crise, les stratégies multicanal se renforcent afin de capitaliser sur les canaux digitaux pour pouvoir communiquer et interagir avec les professionnels de santé, constituant un nouveau paradigme commercial. Les tendances observées ces derniers mois vont s’installer durablement : digitalisation des événements, développement de plateformes en ligne de services, généralisation des approved email, renouveau de la visite médicale à distance, déploiement du digital media (programmatique)…

Certes, la transformation digitale des laboratoires va s’accélérer avec un usage croissant des canaux digitaux, ce qui est logique pour répondre aux nouveaux usages et à la transformation du monde de la santé. Cependant, et même si c’est mon cœur de métier, je suis convaincu qu’un modèle 100 % digital ne peut pas fonctionner. Il ne faut surtout pas, à la suite de cette crise, tomber dans le travers du tout digital. La dépersonnalisation totale de la relation, la disparition du contact face à face, n’ont pas de sens et seraient contre-productifs.

Même si l’accès aux professionnels de santé sera plus difficile en sortie de crise, les équipes terrain (VM, DP, MSL) garderont ce rôle essentiel dans la digitalisation de la relation client et le déploiement du multicanal : personnalisation, voire humanisation, du laboratoire, déclencheur d’actions (online ou offline) ou collecteur de données clients. Ce sera à eux de trouver le juste équilibre entre contacts face à face et à distance.”

Post réalisé en partenariat avec Madis Phileo