Accueil A la une Télémédecine : des usages qui s’installent

Télémédecine : des usages qui s’installent

par Rémy Teston

L’Agence du Numérique en Santé dévoile les résultats de la troisième vague de son Baromètre Télémédecine réalisé avec Odoxa. Découverte des résultats.

L’Agence du Numérique en Santé a lancé fin 2019 un baromètre Télémédecine, réalisée par ses partenaires Odoxa et Care Insight, qui se donnait pour objectifs de mesurer l’adhésion, les motivations et les freins, des professionnels de santé et des usagers vis-à-vis de cette nouvelle modalité de pratique des soins.

Construite en trois vagues d’informations, la première vague de restitution en janvier 2020 nous avait permis de dresser un premier état des lieux du ressenti des acteurs un peu plus d’un an après l’entrée de la téléconsultation et de la télé expertise dans le droit commun au remboursement par l’assurance maladie. La deuxième vague nous présentait l’essor extraordinaire de la télémédecine en 6 mois à la phase initiale de la crise sanitaire liée à la covid19 .

L’analyse de la troisième vague de ce baromètre télémédecine confirme le recours des usagers français et européens à cette pratique et invite les pouvoirs publics à poursuivre leur travail de communication pour expliquer, et rassurer les usagers mais aussi les professionnels de santé.

Synthèse des résultats : des usages qui perdurent

La crise sanitaire a permis de développer la télémédecine en France, notamment via la téléconsultation, et de créer des usages côté patients et professionnels de santé. Plusieurs enseignement sont à tirer de cette 3ème vague du baromètre :

  1. Les Français connaissent de mieux en mieux la télémédecine et sont de plus en plus nombreux à souhaiter y avoir recours et à juger qu’elle est utile pour la santé en France
  2. Logiquement, cette amélioration de la connaissance et de l’utilité perçue de la télémédecine va de pair avec une amélioration de l’image de la télémédecine : la France est l’un des pays d’Europe les plus favorables à la télémédecine avec 73% de jugements positifs
  3. D’ailleurs, la pratique de la télémédecine a explosé en un an – multiplication par 3 pour les patients et par plus de 6 pour les médecins généralistes -, mais la progression s’est ralentie après le premier confinement (seulement +2 points depuis juin) et la France est encore « en retard » par rapport à l’Espagne ou au Royaume-Uni
  4. Comment les médecins pratiquent-ils la télémédecine aujourd’hui au quotidien ? Ceux qui l’ont essayée une fois y ont massivement recours (ils en ont effectué 91 en moyenne) et pour tous types de patients, le plus souvent à leur domicile
  5. Partout, la téléconsultation génère un très haut niveau de satisfaction (80% en moyenne en Europe), et, « cocorico » avec 88% de satisfaits, les Français sont parmi les plus positifs en Europe ! Les médecins l’ayant expérimentée en sont aussi tout à fait satisfaits (78% de satisfaction)
  6. Convaincus qu’elle nous a aidé dans la crise sanitaire et nous aidera encore à en affronter d’autres à l’avenir, les Français sont, avec les Italiens, le peuple européen réclamant le plus (7 sur 10) aux pouvoirs publics d’investir davantage pour développer l’usage de la télémédecine
  7. Le recours à la téléconsultation a d’ailleurs toutes les chances de se développer encore à l’avenir : les médecins actuellement non-pratiquants disent qu’ils y auront bientôt recours et 7 Français sur 10 assurent qu’ils pratiqueraient la téléconsultation si leur médecin le leur conseillait. Reste quelques conditions pour accompagner/favoriser ce développement.

Pour consulter les résultats complets, cliquez ici >

Source : Agence du Numérique en Santé

Vous pouvez également aimer

Aller au contenu principal