Home A la une Lancement de la campagne #revoirsonmedecin

Lancement de la campagne #revoirsonmedecin

by Rémy Teston

Plusieurs associations se sont alliées pour lancer une campagne nationale invitant les malades chroniques à retourner voir leur médecin au plus vite : #revoirsonmedecin.

Depuis la fin du confinement, 4 personnes touchées par une maladie chronique sur 10 ne sont pas retournées voir leur médecin généraliste, spécialiste ou repris leurs soins courants. C’est ce que révèle un sondage réalisé par l’Institut B3TSI pour la Fédération Française des Diabétiques et ses quatre partenaires Alliance du Coeur, Le Collectif National des personnes atteintes d’obésité, La Fondation pour la recherche sur l’HTA et la Société Française de Santé Digitale.

La surcharge de travail des soignants et la crainte de propager le virus ont éloigné les patients chroniques, davantage vulnérables, de leurs professionnels de santé. Or, poursuivre son traitement, ses soins habituels et consulter son médecin et ses soignants est primordial pour les 15 à 20 millions de malades chroniques en France. Au regard de l’enjeu de santé publique majeur que représente la reprise des soins pour ces personnes, ces associations de patients et académiques lancent une campagne tout public invitant les patients chroniques à retourner consulter au plus vite.

Accompagnée du hashtag #revoirsonmedecin, d’un visuel dynamique et d’un message invitant à l’action sur un ton bienveillant « Maintenant, prenez soin de vous, prenez rendez-vous, en consultation ou téléconsultation », la campagne est visible depuis le 11 juin.

« Nous redoutons l’explosion des complications liées aux maladies chroniques, aux maladies cardio-métaboliques, à l’hypertension, à l’obésité et même au retard pris pour le dépistage des cancers et qui vont d’un seul coup resurgir tous ensemble. Il s’agit d’une véritable bombe à retardement car la maladie chronique est sournoise et très insidieuse » indique le vice-président de la Fédération Française des Diabétiques, Jean-François Thébaut.

Avec ce message, « Maintenant, prenez soin de vous, prenez rendez-vous, en consultation ou téléconsultation », la campagne se décline depuis le 11 juin sur les réseaux sociaux via les associations de patients et les structures scientifiques qui la soutiennent et de nombreux autres acteurs associatifs qui se sont engagés à la relayer. Une signature qui invite toutes les personnes atteintes de maladie chronique, quelle que soit la maladie, à retourner voir son médecin.

Une page Facebook est dédiée à la campagne, permettant à qui le souhaite, de s’informer sur la campagne, de (re)découvrir les principaux éléments du sondage, de télécharger les outils dédiés (bannières, filtres, affiches…) afin de diffuser le message auprès de sa communauté. De plus, des filtres Facebook (Revoir son médecin) ont été mis en place afin de permettre à chacun de s’engager pleinement auprès des 15 à 20 millions de personnes touchées par une maladie chronique.

Consultation ou téléconsultation, l’important est de reprendre contact avec son médecin

Pendant le confinement, 24 % des Français atteints de maladies chroniques ont consulté leur médecin généraliste et 28% ont consulté leur spécialiste en téléconsultation. Un résultat qui montre la confiance qui s’est installée vis-à-vis de la téléconsultation et la nécessité de poursuivre ce mode de consultation.

D’autre part, le sondage relève que ce sont les citadins (13 % habitent dans une commune de plus de 100 000 habitants) et les jeunes (27 % des répondants ont entre 18 et 29 ans) qui ont été les plus nombreux à téléconsulter.

Selon Lina Williatte-Pellitteri, Vice-présidente de la Société Française de Santé Digitale : “Ce résultat n’est pas surprenant et corrobore le sentiment déjà existant selon lequel la téléconsultation correspondant à une population plus jeune et active pour laquelle, la plupart du temps, la visite en cabinet médical est impossible à caser dans un agenda déjà surchargé. La téléconsultation leur permet d’accéder au médecin et de prendre soin de leur santé tout en respectant leurs contraintes professionnelles comme personnelles. Néanmoins, bien que cette population jeune et urbaine utilise la téléconsultation, elle exprime à son égard un manque de confiance : (38 % des 18-29 ans) alors que ce sentiment n’est partagé que par 20 % de la population plus âgée (de + de 60 ans). A l’évidence, la téléconsultation doit encore faire parler d’elle pour entrer dans les moeurs des patients, comme un moyen fiable de prendre en charge sa santé.

Source : Fédération Française des Diabétiques