France ADOT et GALEON lancent une campagne digitale innovante à base de NFT

La fédération France ADOT en partenariat avec GALEON lancent une campagne digitale inédite pour sensibiliser au don d’organes : “Le premier NFT qui donne la vie”. Découverte.

En France, l’absence d’un don d’organes entraine chaque jour plus de 2 décès. Face à ce constat et afin de sensibiliser les Français à cette cause, France ADOT, Fédération d’associations reconnue d’utilité publique, a lancé en collaboration avec Galeon une campagne digitale novatrice à l’occasion de la journée mondiale du don d’organes : Le premier NFT qui donne la vie.

La situation est en effet critique. En 2021, le taux de refus de prélèvement d’organes a dépassé la barre symbolique des 33% alors que seuls 17% des Français se déclarent opposés au don de leurs organes post-mortem. Cet écart s’explique par l’absence de dialogue entre le disparu et ses proches, dont l’avis est sollicité par le corps médical. Souvent, les proches ignorent la volonté du défunt ou prennent la décision à sa place, face au désarroi de la perte.

Une campagne basée sur un NFT

Pour sensibiliser les Français à cette problématique, la fédération historique France ADOT avec GALEON (1er écosystème santé sur la blockchain), l’agence Addiction Agency et le soutien d’AÉSIO Mutuelle proposent à chaque Français d’encapsuler sa volonté de donner, ou non, ses organes dans le futur. Sous la forme d’un NFT* inscrit dans la blockchain, France ADOT délivre un certificat d’authenticité unique et inviolable pour que la volonté de chacun soit visible, audible, reconnue et respectée par ses proches.

« Éduquer et faire réfléchir à la nécessité du don et de la greffe, exprimer sa volonté, faire respecter son libre-arbitre, effectuer le relais auprès de ses proches, cela s’entend sans distinctions, sans différences. Seul compte le bien-commun. Et il est simple d’établir ce constat : il reste bien des efforts à accomplir » indique Marie-Claire PAULET, Présidente Nationale de France ADOT.

Concrètement, il suffit de se rendre sur le site lepremiernftquidonnelavie.fr ou scanner le QR Code dédié et d’enregistrer sa volonté oralement. Elle est ensuite transformée en un NFT unique et personnalisé. Une première mondiale. Chacun est incité à partager son NFT avec ses proches pour faire connaître sa volonté, s’assurer qu’elle soit respectée et libérer la parole sur le don d’organes. Ce NFT est révocable à tout moment.

« GALEON est le leader de la blockchain santé en Europe. À l’aide des NFT, nous aidons France ADOT à promouvoir le don d’organes auprès de la jeune génération. Le mouvement #BlockchainforGood va transformer la société et ce n’est que le début ! » souligne le Dr Loïc Brotons, Président de GALEON.

Il n’existe pas de registre du Oui. Au nom de la solidarité nationale, c’est le principe du consentement présumé qui a été choisi en 1976 (loi Caillavet). La France est le premier pays à avoir fait ce choix. La loi indique que nous sommes tous donneurs d’organes et tissus sauf si nous avons exprimé de notre vivant notre refus d’être prélevé (dans le registre national des refus, par oral ou par écrit auprès de son entourage).

Une illustration parfaite des usages de la blockchain en santé !

Source : France ADOT


*Un NFT (non-fungible token) est une donnée valorisée composée d’un type de jeton cryptographique qui représente un objet (souvent numérique), auquel est rattachée une identité numérique (reliée à au moins un propriétaire). Cette donnée est stockée et authentifiée grâce à un protocole de chaîne de blocs (blockchain), qui lui accorde par là même sa première valeur.

Articles Similaires

Nouveau référentiel de certification HDS

HydroApp : application pour faciliter le quotidien des patients souffrant d’hydrocéphalie

Claude Bernard se réinvente au service de la pratique médicale