Uronaute : textile connecté dans le dépistage et le suivi médical des troubles urinaires

Pierre Fabre Médicament et la start-up française BioSerenity annoncent le lancement de dispositifs médicaux connectés dans la prise en charge de l’incontinence urinaire. Présentation avec notamment Uronaute.

Pierre Fabre Médicament et la start-up française BioSerenity ont signé un accord portant sur le co-développement, l’accès au marché et la distribution de dispositifs médicaux connectés dans la prise en charge de l’incontinence urinaire.

Cet accord intervient après une première phase de collaboration démarrée fin 2016, au cours de laquelle plusieurs prototypes de textiles connectés ont été mis au point par BioSerenity avec l’aide des équipes de Pierre Fabre Médicament. La nouvelle phase de ce partenariat porte sur la fabrication et la mise sur le marché d’un textile connecté permettant le diagnostic, l’évaluation et le suivi médical des troubles urinaires dans le cadre de l’hyperactivité vésicale. Cette maladie chronique affecte près de 20% de la population des hommes et femmes de plus de 40 ans, dont la vie quotidienne est grandement handicapée par cette pathologie.

En forme de sous-vêtement, le textile connecté se porte au niveau de la ceinture abdominale. Grâce à ses capteurs biométriques enregistrant les différents paramètres de fonctionnement de l’appareil urinaire, il permet de détecter et quantifier en permanence les troubles urinaires du patient, puis de remonter ces mesures enregistrées sur une application mobile vers une plateforme Cloud sécurisée, qui sera consultable par l’urologue pour réaliser un suivi médical en continu.

Selon les termes de l’accord, Pierre Fabre Médicament co-financera la R&D du dispositif connecté. Par la suite, Pierre Fabre aura l’exclusivité de la commercialisation du système en France et dans le monde. Les termes financiers n’ont pas été révélés.

Vainqueur de l’UroTech Challenge, un hackathon organisé par Pierre Fabre Médicament sur l’hyperactivité vésicale en novembre 2016, BioSerenity a déjà séduit les urologues et les patients de l’association d’Aide aux Patients Incontinents (API) avec son dispositif révolutionnaire.

« Le textile connecté offre une chance unique de changer radicalement la vie des patients et des prescripteurs. Il pourrait fournir un diagnostic plus précis à partir de mesures collectées dans la vie réelle et offrir un meilleur confort d’examen pour le patient, avec moins d’effets secondaires potentiels. En termes de parcours de soins, c’est également une simplification et une économie de coûts ». Selon Pr Xavier Gamé, Professeur en Urologie au CHU de Toulouse.

Ces 18 derniers mois l’attention de BioSerenity s’est concentrée sur le développement des premiers prototypes du dispositif médical connecté, en mettant l’accent sur le traitement et l’interprétation des données relatives aux troubles urinaires. Pierre Fabre Médicament, de son côté, s’est focalisé sur la mise en œuvre et l’intégration du dispositif dans le parcours de soins du patient pour améliorer la qualité de vie, mais aussi sur sa valeur ajoutée comme outil de diagnostic et de suivi médical auprès des prescripteurs.

Ce nouvel accord va permettre de développer toute une gamme connectée dans le diagnostic, la prise en charge et le suivi des patients atteints de diverses formes d’incontinence urinaire.

« Ce projet de co-développement est tout à fait en ligne avec notre stratégie en Urologie. En parallèle de nos médicaments, il est important en effet de développer les services et les outils ousolutions qui améliorent le confort de traitement pour les patients et facilitent le travail des prescripteurs, » souligne Dominique Authié, Directeur des Opérations France de Pierre Fabre Médicament.

« Nous avons été séduits par le regard différent et l’énergie créatrice tout au long de nos échanges avec Pierre Fabre Médicament, qui nous a ouvert à son expertise pharmaceutique. Nous allons maintenant aller chercher ensemble la création d’un remboursement pour notre dispositif médical connecté. Nous allons aussi explorer de nouvelles pistes par exemple dans le domaine de l’intelligence artificielle médicale ou l’ouverture à de nouveaux domaines dans lesquels Pierre Fabre est un des leaders. » ajoute Pierre-Yves Frouin, CEO de BioSerenity,

Le Pr Xavier Gamé, professeur en urologie au CHU de Toulouse, est le médecin sponsor en charge du board sur le textile connecté comme outil de diagnostic. Il voit en cet outil une véritable avancée pour la prise en charge de l’incontinence urinaire.

« Nous avons très peu d’outils fiables pour comprendre les circonstances et le mécanisme de l’incontinence, souvent mal exprimée par le patient. En premier : le catalogue mictionnel dans lequel le patient note sa « vie mictionnelle ». L’objectif étant d’apporter une aide à l’analyse de la gêne induite par l’incontinence. Cet outil peut également servir à contrôler ou surveiller le résultat d’un traitement médical et/ou chirurgical. 

En second : le bilan urodynamique à l’hôpital ou en clinique, qui n’est pas réalisé systématiquement dans le cadre de l’hyperactivité vésicale. C’est un examen invasif, parfois mal toléré, pouvant être source stress pour le patient et pratiqué en dehors de la vie réelle. C’est en ce sens que le textile connecté développé avec BioSerenity offre une chance unique de changer radicalement la vie des patients et des prescripteurs. Ce sera un véritable outil d’évaluation pour l’ensemble des symptômes du bas appareil urinaire.

Ses principaux avantages : fournir un diagnostic plus précis à partir de mesures collectées dans la vie réelle et offrir un meilleur confort d’examen pour le patient, avec moins d’effets secondaires potentiels (notamment d’infection urinaire). En termes de parcours de soins, c’est également une simplification et une économie de coûts : il évite au patient de revenir à l’hôpital pour réaliser les examens, les mesures sont transmises sur l’ordinateur du prescripteur, dans le sens d’un meilleur suivi et de l’efficacité du traitement. 

Au-delà, la solution connectée s’inscrit dans la dynamique de transfert des soins de l’hôpital vers la ville. L’évaluation se fera demain de plus en plus au domicile des patients, sans hospitalisation, et dans des conditions physiologiques ».

Source : Pierre Fabre

Articles Similaires

GSK lance une campagne d’information sur la Méningite

Santé 2030 : quels défis pour la santé de demain ?

Health Data Hub : les 10 lauréats de l’appel à projet