Les Français et la prévention augmentée

A l’occasion du salon Santé pour tous, Mazars a présenté une étude mené par Opinion Way « Les Français et la prévention augmentée ». Découverte.

En matière de santé, les Français choisissent aujourd’hui de mettre l’accent sur la prévention et de plus s’impliquer dans le suivi de leur santé et de celle de leur entourage. A l’occasion du salon Santé pour tous, l’étude « Les Français et la prévention augmentée » mené par Mazars – OpinionWay a été dévoilée. Cette étude met en lumière des Français informés, qui jugent positivement les campagnes de prévention et qui se montrent favorables à l’adoption des nouvelles technologies en matière de prévention santé. Néanmoins, le médecin et le professionnel de santé restent au cœur du parcours de prévention. De fait, ils sont 47 %* à exprimer un besoin d’accompagnement personnalisé.

Ce sondage OpinionWay pour Mazars « Les Français et la prévention augmentée » est destiné à comprendre et analyser les perceptions et pratiques des Français en matière de prévention santé, afin d’identifier des leviers d’action à même de les inciter à être davantage proactifs dans le suivi de leur santé au quotidien.

Trois axes clés ont été soulevés pour comprendre et analyser les perceptions et pratiques des Français en matière de prévention santé.

La santé pour tous

Les Français s’estiment majoritairement bien informés en santé. Les campagnes de prévention et l’action des pouvoirs publics semblent être efficaces puisque 1 Français sur 2 estime qu’elles sont en mesure de modifier durablement les comportements.

Néanmoins, si les Français s’estiment à la fois en bonne santé et informés, ils continuent de solliciter un accompagnement et un suivi individualisés sur ces questions avec, au cœur de la prévention, la revalorisation de la place du médecin et plus d’interactions avec les professionnels de l’écosystème de la santé. En effet, alors qu’un tiers des Français (35 %)* se sent perdu face à l’afflux d’informations, ils sont 1 sur 2 (47 %) à exprimer un besoin d’accompagnement personnalisé pour la prévention santé.

L’information en matière de santé et de prévention

Le médecin de famille reste sans conteste l’interlocuteur privilégié, suivi des professionnels de santé et des pouvoirs publics, confirmant la place de l’humain et de l’Etat Providence. Conscient de la nécessité d’être acteur de son propre parcours de santé, 35 %* des personnes interrogées estiment qu’il en est du ressort de chacun individuellement. Dans cette volonté d’accompagnement sur mesure, le pass prévention séduit une large majorité (71 %*) et les coachings et programmes de suivis personnalisés séduisent 1 Français sur 2 en moyenne.

Au cours de mes consultations, j’ai constaté un réel intérêt des patients pour la prévention. En quelques années, je me suis rendu compte qu’ils attendaient bien plus des médecins qu’un simple diagnostic et un traitement de leurs maux. Cette volonté légitime témoigne d’un changement dans la société française auquel, nous, médecins, devons apporter une réponse concrète, et qui se doit de pallier celle, alternative, que l’on peut trouver sur Internet et qui n’est pas toujours maîtrisée. Il nous faut mettre en place des lieux de rencontres afin de répondre à leur besoin d’information en matière de santé.” indique le Docteur Philippe Dompeyre, Président fondateur de l’Association Médecine pour Tous.

Les nouvelles technologies et la santé

Les Français sont prêts à la digitalisation des services de santé. 70 % se déclarent favorables au dossier médical en ligne. Plus d’1 sur 2 (53 %) le sont également pour la transmission en direct des données collectées via des objets connectés à des professionnels de santé.

Concernant la consultation médicale 100 % digitalisée/à distance, ils plébiscitent en majorité la possibilité de la réaliser dans une structure de santé (66 %*), 45 % via un outil de conversation vidéo type Skype ou Facetime, 39 % via application mobile et ils sont même un tiers (33 %*) à être prêts à aller sur des plateformes web marchand, du type Amazon pour accéder à la téléconsultation.

L’intelligence artificielle et les nouvelles technologies dans le domaine de la santé sont ainsi perçues favorablement par 76 %* des personnes interrogées, qui estiment qu’elles sont utiles pour les personnes isolées et/ou fragiles, qu’elles permettent un suivi et des recommandations personnalisés et apporteraient des solutions aux problèmes du système de santé (déserts médicaux, délais d’attente chez les médecins spécialistes etc.). Enfin, certains considèrent même qu’elles pourraient sauver des vies. 1 Français sur 2 est enclin à utiliser des logiciels d’intelligence artificielle capables d’interpréter leurs données médicales et d’évaluer leur espérance de vie.

Cependant, ils restent une large majorité (60 %) à se méfier des dérives potentielles des nouvelles technologies au regard de leur vie privée et sont sensibles au respect des données sensibles/confidentielles. En somme, les Français sont prêts à faire évoluer leur comportement en matière de prévention santé mais expriment un besoin grandissant d’accompagnement et de personnalisation.

J’observe avec attention les propositions des start-ups en matière d’e-santé et leur développement reflète selon moi un changement positif de la perception des Français sur la santé. Ils souhaitent être plus autonomes dans leur prise en charge. Néanmoins, pour ce faire, il est essentiel de redéfinir et moderniser notre rôle en adéquation avec ces évolutions technologiques et sociétales. Je vois dans l’intérêt des Français pour la santé connectée une volonté d’obtenir plus d’accompagnement et de personnalisation, deux défis auxquels le salon tentera d’apporter des solutions.” indique le Docteur Philippe Dompeyre

Le constat dressé est positif : les Français se sentent en bonne santé, les campagnes et actions des pouvoirs publics font effet et touchent leurs cibles. Les Français se disent même prêts à être davantage acteurs, à titre individuel, de la prévention en matière de santé mais expriment un besoin grandissant d’accompagnement et de personnalisation. Face à l’arrivée des Gafa et de la Healthtech, les médecins et professionnels de santé restent les interlocuteurs privilégiés. Nous sommes bien dans l’ère de la prévention augmentée.” ajoute Samuel Bottaro, associé co-responsable de l’activité Santé Mazars France.

Méthodologie du sondage OpinionWay pour Mazars
L’étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 1 010 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. L’échantillon a été interrogé par questionnaire auto-administré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview). Les interviews ont été réalisées du 31 janvier au 1er février 2018.

Source : Mazars

Articles Similaires

GSK lance une campagne d’information sur la Méningite

Santé 2030 : quels défis pour la santé de demain ?

Health Data Hub : les 10 lauréats de l’appel à projet