Apple : ResearchKit pour aider la recherche

Suite de notre série d’articles pour partir à la découverte des projets santé des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). Place au programme ResearchKit d’Apple.

Avec ses différentes solutions développées (Apple Watch, ResearchKit, CareKit…), Apple poursuit son développement sur le marché de la santé. Son président, Tim Cook, estime même qu’Apple « démocratise » les équipements de santé. « Nous donnons à chacun la possibilité de gérer sa santé. Et nous n’en sommes qu’au début. Je crois vraiment que, dans le futur, on dira que la contribution la plus importante d’Apple à l’humanité aura été dans la santé », insiste-t-il.

Pour les chercheurs, il est primordial de comprendre parfaitement une maladie pour pouvoir la combattre efficacement. C’est dans cette optique que ResearchKit a été conçu. Véritable canevas logiciel open source destiné à la création d’apps, il facilite le recrutement de participants aux études et la réalisation de ces études. Depuis son lancement, la quantité de données recueillies, et par conséquent l’ampleur des connaissances acquises, battent tous les records.

Avec ses nombreux partenariats et ses capacités de financement presque illimitées, ResearchKit joue un rôle grandissant dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires, le diabète, la maladie de Parkinson, ou encore l’autisme.

L’une des difficultés pour les chercheurs est de trouver des volontaires pour participer aux études. Du coup, ces dernières ne reposent souvent que sur un nombre limité de participants. Mais grâce au grand nombre d’utilisateurs d’iPhone dans le monde, les applications élaborées à partir de ResearchKit permettent de recruter des candidats et de recueillir des données à une échelle jamais atteinte auparavant.

Les informations peuvent être collectées beaucoup plus régulièrement (tous les jours, voire toutes les heures) sans entraver le quotidien des participants. Les applications développées avec ResearchKit ont permis aux établissements de santé de recruter un nombre inédit de participants pour leurs études. Les chercheurs ont pu approfondir leurs connaissances et établir des corrélations qu’ils n’auraient sans doute pas pu mettre en évidence avant.

Aujourd’hui, il existe de nombreuses applications réalisées à partir de ResearchKit. Quelques exemples :

Application mPower pour mieux comprendre la maladie de Parkinson

Lancée en 2015, l’application mPower a permis de recruter plus de 10 000 participants, pour en faire la plus grande étude de l’histoire sur la maladie de Parkinson. Cette application aide les chercheurs à mieux comprendre la maladie de Parkinson au moyen du gyroscope et d’autres fonctionnalités de l’iPhone qui évaluent la dextérité, l’équilibre, l’allure et la mémoire. Les chercheurs ont considérablement affiné leur compréhension de l’effet positif ou négatif de facteurs tels que le sommeil, l’activité physique et l’état psychologique sur les symptômes de la maladie.

Application Autism & Beyond pour optimiser le diagnostic de l’autisme

Les recherches ont montré que la prise en charge précoce des problèmes de développement chez les enfants peut leur permettre à terme d’avoir un QI plus élevé et de mieux vivre en société. L’application Autism & Beyond utilise la caméra HD avant de l’iPhone et des algorithmes de reconnaissance faciale innovants pour analyser les réactions émotionnelles d’enfants à des vidéos (dès l’âge de 18 mois). Les enfants peuvent donc être testés sans avoir à se déplacer pour voir un spécialiste, ce qui permet un diagnostic et une prise en charge précoces. Cette application a permis de recruter plus de personnes en un mois qu’une étude précédente effectuée sur site pendant neuf mois.

Application EpiWatch pour prévoir les crises d’épilepsies

Avec l’Apple Watch, Apple souhaite accompagner les chercheurs qui veulent donner aux patients un moyen d’anticiper leurs crises d’épilepsie. Depuis son lancement, l’application EpiWatch permet aux personnes épileptiques de suivre précisément le développement et la durée de leurs crises en temps réel, en étudiant la corrélation entre l’historique des crises et le traitement médicamenteux. Les patients qui sentent une crise arriver lancent l’application en touchant une complication spécifique sur le cadran de l’Apple Watch. L’accéléromètre et le cardiofréquencemètre se déclenchent alors, et une alerte est automatiquement envoyée à un proche désigné ou à leur médecin.

D’autres applications ont été développées pour mener des études autour des troubles du sommeil, des commotions cérébrales, des mélanomes…

Source : Apple

Articles Similaires

GSK lance une campagne d’information sur la Méningite

Santé 2030 : quels défis pour la santé de demain ?

Health Data Hub : les 10 lauréats de l’appel à projet